J'ai relu "Une vie" de Simone Veil

La disparition de Simone Veil m'a donné envie de relire sa biographie que j'avais dévorée en 2007 lors de la première parution. Comment ne pas être admirative face à cette femme ? 
Je le suis autant par sa volonté sans faille de demeurer une femme libre, convaincue, opiniâtre que par ses convictions face à la vie. 

Le livre se décompose en XI chapitres dont les titres renvoient aux différents moments qui ont jalonné la vie de Simone Veil tel l'Enfer pour décrire la déportation ou la citoyenne européenne lorsqu'elle fut à la tête du Parlement européen. 
Elle dédit, fort logiquement, ce livre à sa famille mais tout d'abord à sa mère, son père et son frère victimes de la Shoah.
  • Simone  Veil revient dans un premier temps sur "son enfance niçoise" où elle présente ses parents, ses sœurs et son frère. Cette famille de confession juive dont elle est issue n'est pas pratiquante. Elle le dit "nous étions juifs et laïques" (p.17). Elle gardera ces idéaux tout au long de sa vie. Ce qui m'a marqué dans ce chapitre, c'est le souvenir que Simone a de sa mère. Une femme courageuse, altruiste, à l'écoute sans cesse des autres. Elle a pour elle un amour presque "exclusif" confie t-elle.
  •  Dans le chapitre deux "la nasse"on revit la montée de l'antisémitisme. La machine à exterminer est mise en place: "nos papiers d'identité devaient désormais porter la lettre J" (page 43), Elle raconte Drancy, les convois, l'incertitude, le manque d'information car comme elle le rappelle "aujourd'hui il est devenu difficile de réaliser à quel point l'information était rationnée". Le point important de son témoignage, c'est de replacer la déportation sans volonté ni d'héroiser la résistance ni de la minimiser. En cela la lecture des chapitres II, III et IV sont dignes d'intérêts et un plaidoyer à la tolérance et au courage. Je vous en laisse la lecture tant tout ce qu'elle écrit est primordial pour comprendre. 
"Le voyage a duré deux jours et demi (...) c'est une des dates que je n'oublierai jamais, avec celle du 18 janvier 1945, jour où nous avons quitté Auschwitz, et celle du retour en France, le 23 mai 1945. Elles constituent le point de repère de ma vie (...) comme le tatouage du numéro 78651 sur la peau de mon bras gauche".

Simone Veil confie ensuite sa boulimie de travail, ce souhait de devenir magistrat, ses combats contre l'injustice, ses heurts avec les hommes politiques de la IVème puis de la Vème république. Elle y conte sa rencontre avec Antoine Veil, cette famille a (re)construire, ses voyages en Algérie, Israël ...
Elle revient sur sa nomination comme ministre de la santé et sans langue de bois insiste sur les difficultés de la tâche tant le poids de la hiérarchie est fort ainsi que les inimitiés. 
Comment ne pas relever les propos tenus par Françoise Giroud ou Raymond Barre à l'encontre de Simone Veil ? Comment ne pas rester indifférent au portrait de François Bayrou qu'elle dresse ?
Comment ne pas saluer le courage de Simone Veil pour défendre la loi qui porte son nom ou pour défendre les principes de l'Europe en dépit des obstacles même au sein de son propre pays ?  
Ce que j'ai beaucoup aimé dans  ce livre, c'est la sincérité de son auteur. Elle écrit sans langue de bois, sans détour. Ce caractère entier de Simone Veil, ses fils lui ont rendu hommage dans la cour des Invalides. Ainsi, son analyse sur la montée des tensions communautaristes dans les banlieues et des discriminations, sur le déploiement du FN, la faillite de la SECU, sur l'évolution mémorielle de la Seconde Guerre mondiale en France, sur les incohérences du fonctionnement de l'Euope etc... est d'une réelle finesse.
"  Je n'ai jamais eu le désir de faire carrière et entends rester fidèle aux principes qui sont les miens. Le politique me passionne, mais dès qu'elle devient politicienne, elle cesse de m'intéresser. "

C'est une femme au parcours exceptionnel et aux activités multiples qui se livre pendant plus de 300 pages. La lecture en est passionnante, enrichissante, attendrissante. Merci. Merci Simone Veil

Lisez, relisez Une vie de Simone Veil, c'est lui rendre encore hommage.
Emmanuelle

Adresse email : chouette.lecture@gmail.com 
Profils livreaddict : - Emmanuelle : http://www.livraddict.com/profil/nanutchi-san/
 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mère & fille nous avons lu et ADORÉ le tome 1 #Matt des porteurs de C.Kueva !

Bienvenue !

J'ai lu & aimé: Watership Down de Richard Adams